8 mars 2023

Les PME sont essentielles à la construction d’un monde plus durable et inclusif

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont réputées pour leur agilité et leur innovation, mais avancent à un rythme moins rapide lorsqu’il s’agit d’adopter des bonnes pratiques ESG. Voici comment les mettre à niveau, écrit Sanda Ojiambo.

Les petites et moyennes entreprises (PME) sont une force à ne pas négliger. Elles représentent 90 % des entreprises et deux tiers des emplois dans le monde, fournissent des moyens de subsistance à plus de deux milliards de personnes et sont indispensables au bon fonctionnement des chaînes d’approvisionnement mondiales.

Malgré leur impact conséquent, beaucoup de PME ne sont pas encore pleinement engagés sur les questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Il est facile de comprendre pourquoi. L’Union européenne, par exemple, considère comme petites les entreprises de 11 à 49 personnes et dont le chiffre d’affaires est inférieur à 10 millions d’euros par an. Une entreprise de taille moyenne compte 50 à 249 salariés et réalise un chiffre d’affaires annuel allant jusqu’à 50 millions d’euros.

Les dirigeants de telles entreprises ont une charge de travail conséquente et moins de ressources que leurs plus grands concurrents. Ils peuvent donc avoir l’impression de manquer de temps, de connaissances, de capacités ou de fonds pour s’attaquer à des défis comme la crise climatique ou la discrimination à l’égard des minorités. D’autres ne savent tout simplement pas par où commencer. Nous avons cependant besoin que les PME œuvrent pour un monde meilleur – pour leur propre bien et celui de tous.

Pourquoi il est important de s’appuyer sur les critères ESG

Malgré le jargon, l’ESG consiste à faire tout ce qu’il est possible pour éradiquer ou minimiser les effets néfastes de l’entreprise sur l’environnement. Il s’agit de traiter le personnel et les clients équitablement, sans discrimination. Il s’agit aussi d’obéir aux lois et de faire ce qu’il faut pour les endroits et les personnes où l’entreprise opère, tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Ce sont des principes directeurs que toute entreprise devrait s’efforcer à respecter. Et ils peuvent offrir une série d’avantages, allant de la réduction des coûts à la gestion des risques.

Le changement arrive pour les PME, qu’elles le veuillent ou non. Les normes et réglementations en matière de reporting ESG évoluent rapidement. Par exemple, la loi allemande sur le devoir de vigilance dans les chaînes d’approvisionnement, entrée en vigueur depuis janvier, et l’initiative parallèle de l’UE, la Directive sur le devoir de vigilance en matière de durabilité des entreprises, représentent l’élan mondial visant à obliger les entreprises à exercer une diligence raisonnable en matière de droits de l’homme et d’environnement tout au long de leurs chaînes d’approvisionnement. Si nécessaire, les entreprises doivent démontrer qu’elles ont identifié des risques réels ou potentiels pour les individus et l’environnement. La preuve doit être obtenue auprès des fournisseurs ou de leurs propres fournisseurs.

Par conséquent, les PME qui prennent du retard en matière d’ESG risquent de perdre de précieuses opportunités avec les grandes entreprises. Pour rester du bon côté des clients, des partenaires commerciaux et des organismes de réglementation, les PME doivent s’assurer qu’elles peuvent démontrer qu’elles répondent aux attentes sociales et de gouvernance de la société – et réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre.

Mais présenter aux petites entreprises une longue liste de contrôle ESG et rendre la conformité obligatoire n’est pas la meilleure approche.

Rentabiliser les critères ESG

La bonne façon est de présenter les critères ESG comme un moteur d’innovation, d’impact et de croissance, plutôt que comme un problème de conformité. À l’heure actuelle, la plupart des PME considèrent les programmes ESG comme une dépense inutile et n’en voient pas les avantages. Dans les enquêtes du Pacte mondial des Nations Unies, moins de la moitié des entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 25 millions de dollars rendent compte de leurs performances en matière de développement durable. Parmi les grands groupes dont le chiffre d’affaires est supérieur à 1 milliard de dollars, 94% le font.

Il faut montrer aux PME l’intérêt commercial de l’adoption des critères ESG – comment ils réduisent les risques et peuvent aider à renforcer les relations avec les clients importants. C’est là que les grandes entreprises, qui ont un meilleur accès à la technologie, au savoir-faire et aux ressources, peuvent apporter leur aide. Et en effet, certains le font déjà.

Le groupe énergétique italien Eni, par exemple, a mis à disposition une plateforme numérique ouverte à tous, Open-es, afin que les entreprises puissent apprendre à mesurer et à communiquer leurs données de durabilité d’une manière comparable et partageable. La plateforme dispose d’un réseau social intégré pour aider les entreprises à trouver de nouvelles opportunités de partenariat tout au long de la chaîne d’approvisionnement. À ce jour, plus de 4 000 entreprises de 76 pays y ont adhéré, et 80 % sont des PME.

Ikea est une autre entreprise mondiale qui travaille avec ses fournisseurs pour créer des chaînes de valeur durables. Par exemple, Ikea aide les PME à accéder à l’énergie renouvelable en négociant des contrats groupés d’énergie propre pour des groupes de fournisseurs. Ikea attend de tous ses fournisseurs qu’ils signent un code de conduite qui s’inspire des Dix principes du Pacte mondial des Nations Unies. Ce code définit des attentes claires en matière de conditions environnementales, sociales et de travail, ainsi que de bien-être des animaux. Mais le groupe dispose également d’un “modèle en escalier” qui aide les fournisseurs à améliorer continuellement leurs performances ESG.

Le Pacte mondial des Nations Unies, la plus grande initiative de développement durable des entreprises au monde, est également prêt à aider les PME par le biais de ses réseaux locaux. Ceux-ci opèrent dans 69 pays et sont particulièrement bien placés pour aider les entreprises à comprendre ce que signifie le commerce responsable dans différents contextes nationaux, culturels et linguistiques. Sa stratégie d’engagement des PME consiste à élaborer des ressources et des programmes spécifiques adaptés aux besoins et aux intérêts des petites et moyennes entreprises.

Les PME doivent saisir toutes les occasions d’adopter et de faire progresser les critères ESG, car elles n’ont pas de temps à perdre. Il ne nous reste que quelques années pour modifier la trajectoire de nos émissions de gaz à effet de serre, réduire les inégalités mondiales et réaliser l’Agenda 2030. Individuellement, la contribution de chaque PME peut être modeste, mais collectivement, elle pourrait faire toute la différence.

Sanda Ojiambo
Sous-Secrétaire générale et Directrice générale et exécutive du Pacte Mondial des Nations Unies

Autres actualités

RSE et ODD : la Plateforme RSE formule 15 recommandations

17 mai 2024

À mi-parcours de l’Agenda 2030 et dans un contexte d’évolution du cadre réglementaire européen pour les entreprises, les membres de Plateforme RSE ont souhaité identifier les facteurs clés de succès pour renforcer les liens entre les ODD et la RSE.

  • #Point de vue

Le salaire décent, un des domaines d’action prioritaires du Pacte mondial des Nations Unies 

30 avril 2024

Le Pacte mondial de l’ONU agit, auprès des entreprises, en faveur d’un salaire décent pour tous les travailleurs. La notion de salaire décent (ou « Living Wage » en anglais) s’est imposée à la suite des conséquences de la vulnérabilité économique de ces « travailleurs pauvres » sur le développement du capital humain.  

  • #Travail décent

À la rencontre du secteur privé ivoirien et de ses enjeux RSE 

26 avril 2024

À l’occasion de l’événement de clôture du programme « Fondements de la durabilité d’entreprise » qui se tenait le mardi 23 avril à Abidjan, l’équipe du Pacte mondial de l’ONU – Réseau France s’est rendue en Côte d’Ivoire pour un déplacement de trois jours.  

  • #Pacte mondial #PME

CS3D, travail forcé : les droits humains au cœur de l’actualité du Parlement européen

25 avril 2024

Cette semaine, le Parlement européen a adopté deux textes significatifs en faveur des droits humains et environnementaux : le règlement sur l’interdiction des produits issus du travail forcé et la directive sur le devoir de vigilance des entreprises en matière de durabilité.

  • #Droits humains #Travail décent

Élaboration d’un tableau de correspondance entre la CoP et le label RFAR 

23 avril 2024

Le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France, le Médiateur des entreprises et le Conseil National des Achats (CNA) ont présenté un tableau de correspondance pour faciliter les démarches de progrès en matière de durabilité des entreprises.

  • #Pacte mondial #Reporting RSE

 Le Pacte mondial de l’ONU – un catalyseur pour les entreprises européennes et la compétitivité du secteur privé  

19 avril 2024

Le 18 avril 2024, le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France s’est rendu au Parlement européen avec le siège et d’autres réseaux locaux européens, afin d’échanger autour du thème « Pacte mondial de l’ONU – un catalyseur pour les entreprises européennes et la compétitivité du secteur privé ». 

  • #Pacte mondial #Reporting RSE

Les Nations Unies publient un nouveau rapport sur le financement des ODD 

10 avril 2024

Le 9 avril 2024, les Nations Unies ont fait paraître un nouveau rapport sur le financement du développement durable, indiquant que cet enjeu est au cœur de la crise actuelle est met sérieusement en péril les ODD et l’action climatique.

  • #Intégration des ODD #ONU

Retour sur le sommet international ChangeNOW pour la planète

27 mars 2024

Le sommet international ChangeNOW pour la planète s’est déroulé les 25, 26 et 27 mars 2024 au Grand Palais Ephémère, à Paris. Pour l’occasion, le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France a organisé une table ronde sur le rôle du secteur privé dans la réalisation de l’Agenda 2030.

  • #Intégration des ODD #Pacte mondial

Proposez votre candidature aux Trophées des ODD 2024

19 mars 2024

Pour la troisième année consécutive, le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France propose aux entreprises, membres ou non de son réseau, de candidater aux Trophées des ODD.

  • #Intégration des ODD #Pacte mondial

Que diriez-vous de rester informé ?

Les dernières actualités dans votre boite mail.