22 juin 2022

Rapport 2022 du SDSN : trois questions à Eve Karoubi

Le Réseau des Solutions de développement durable des Nations unies (SDSN) a publié début juin son rapport 2022 sur l’atteinte des Objectifs du développement durable. État des lieux avec Eve de la Mothe Karoubi, Directrice de l’équipe réseaux au SDSN.

Le rapport 2022 du SDSN dresse un tableau sans concession de la situation à mi-parcours de l’Agenda 2030. Quels sont les principaux enseignements de ce rapport ?

Le premier constat, et celui qui doit nous interpeller tous, est que les crises sanitaires, géopolitiques et climatiques ont stoppé les progrès vers les Objectifs de développement durable (ODD). Pour la deuxième année consécutive, le monde ne réalise plus de progrès vers les ODD. La paix, la diplomatie et la coopération internationale sont des conditions fondamentales pour permettre au monde de progresser vers les ODD d’ici 2030 et au-delà.

Le deuxième constat est le besoin urgent d’un plan mondial pour financer le développement durable. Les pays pauvres et vulnérables ont été durement frappés par les multiples crises et leurs répercussions internationales et il y a de forts risques que les fonds disponibles pour soutenir le développement durable à l’échelle globale se rétrécissent. Mais on ne doit pas perdre le cap – les ODD représentent notre futur souhaitable et sont un cadre pour sortir de ces crises. Concrètement, notre Rapport mondial sur développement durable 2022 propose un plan en cinq parties pour amplifier le financement des ODD dans le monde, et notamment dans les pays les plus vulnérables, et souligne le rôle essentiel du G20, du Fonds Monétaire International (FMI) et des Banques Multilatérales de Développement (BMD) en plus de l’aide publique au développement. Les chefs d’Etats du monde entier se réuniront en septembre 2023, pour la deuxième fois depuis l’adoption des ODD en 2015, pour discuter du statut et des priorités pour mettre en œuvre les ODD. La question du financement des ODD doit y être une question centrale.

Enfin, les points clés pour la France : classée au 7e rang sur 163 pays dans l’Indice ODD mondial, elle se positionne relativement bien par rapport au reste du monde sur les objectifs socio-économiques comme la lutte contre l’extrême pauvreté (ODD 1), l’égalité entre les sexes (ODD 5) et en matière d’accès aux services publics (santé, numérique, énergie) malgré des inégalités persistantes notamment dans le domaine de l’éducation. En revanche, comme d’autres pays de l’OCDE, la France obtient ses pires résultats en matière de consommation et production responsables (ODD 12) et en matière de lutte contre les changements climatiques (ODD 13) et de protection de la biodiversité marine (ODD 14) et terrestre (ODD 15). Ces résultats sont tirés vers le bas, notamment en raison des externalités négatives : la consommation en France qui impacte le reste du monde. La France se classe 154ème sur 163 pays dans le classement des externalités négatives.

Malgré les efforts de son administration, la France ne semble pas en bonne voie dans l’atteinte des ODD ? Quelles sont les principales faiblesses de notre pays ?

Si l’atteinte des ODD et de l’Accord de Paris sur le climat sont orientés respectivement vers 2030 et 2050, c’est dès maintenant que les politiques publiques, les investissements, et les outils de suivi doivent changer. C’est pourquoi, en plus de suivre les indicateurs de performance à travers l’Indice ODD, le Réseau de Solution pour le Développement Durable (SDSN) réalise une enquête chaque année pour suivre l’évolution des stratégies, plans d’action, régulations, investissements et plus généralement l’intégration des ODD dans les processus du secteur public comme le budget ou les statistiques. En 2022, pour la première fois, le rapport regroupe les pays en termes du niveau d’engagement des gouvernements pour atteindre les ODD sur la base de données récoltées par le SDSN et d’évaluations produites par d’autres organisations.

À mi-chemin vers 2030, les efforts à l’égard des ODD diffèrent grandement selon les pays. Les pays nordiques et certains pays du G20 (Argentine, Allemagne, Japon et Mexique) sont relativement plus avancés.  La Suède a par exemple annoncé vouloir devenir le premier pays du monde à établir une cible quantifiée pour réduire ses émissions de carbone à l’étranger et ainsi s’attaquer aux externalités négatives liées à sa consommation. À l’inverse, le Brésil, les Etats-Unis et la Russie présentent un niveau d’engagement « très faible » pour les ODD.

La France est dans la catégorie « engagement faible » en raison de l’intégration limitée des ODD dans les processus du secteur public, notamment dans le processus budgétaire, mais également de l’insuffisance des plans d’action et des mesures concrètes en matière de lutte contre le changement climatique. Certains pays ont placé l’organe responsable de la mise en œuvre des ODD sous l’autorité direct du bureau du Président ou du Premier Ministre, d’autres ont été jusqu’à créer un ministère dédié aux ODD et à l’Agenda 2030 comme en Espagne par exemple. Ce n’est pas le cas en France même si un récent rapport de France Stratégie paru en mai 2022 souligne l’intérêt de rattacher « l’orchestrateur » des politiques de soutenabilité au chef du gouvernement en France. La France n’a soumis qu’une seule Revue Nationale Volontaire aux Nations-Unis en 2016 tandis que des pays comme l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie ou la Finlande en ont soumis deux ou plus. Néanmoins, l’INSEE a mis en place un tableau de bord depuis 2018 incluant 98 indicateurs pour faire le suivi des progrès de la France dans l’atteinte des 17 ODD.

Selon vous, comment le secteur privé peut-il contribuer à l’atteinte de l’Agenda 2030 ?

L’Agenda 2030 est un agenda de transformation profonde dans notre façon de vivre, de consommer, et d’interagir avec le vivant. En tant que premier employeur en France et dans le monde, et grâce à son potentiel d’innovation et de financement, le secteur privé a un rôle central à jouer dans la capacité du monde à atteindre les ODD.

En particulier, nous avons un grand besoin d’innovation. Une partie viendra sans doute du secteur privé en coopération avec les centres de recherche et les universités. La science, les innovations technologiques et les systèmes de données peuvent aider à identifier des solutions en temps de crise et livrent des contributions décisives pour répondre aux défis majeurs de notre temps. Le SDSN mobilise le plus grand réseau de scientifiques et de chercheurs dans le monde dédié aux solutions pour le développement durable.

Autres actualités

RSE et ODD : la Plateforme RSE formule 15 recommandations

17 mai 2024

À mi-parcours de l’Agenda 2030 et dans un contexte d’évolution du cadre réglementaire européen pour les entreprises, les membres de Plateforme RSE ont souhaité identifier les facteurs clés de succès pour renforcer les liens entre les ODD et la RSE.

  • #Point de vue

Le salaire décent, un des domaines d’action prioritaires du Pacte mondial des Nations Unies 

30 avril 2024

Le Pacte mondial de l’ONU agit, auprès des entreprises, en faveur d’un salaire décent pour tous les travailleurs. La notion de salaire décent (ou « Living Wage » en anglais) s’est imposée à la suite des conséquences de la vulnérabilité économique de ces « travailleurs pauvres » sur le développement du capital humain.  

  • #Travail décent

À la rencontre du secteur privé ivoirien et de ses enjeux RSE 

26 avril 2024

À l’occasion de l’événement de clôture du programme « Fondements de la durabilité d’entreprise » qui se tenait le mardi 23 avril à Abidjan, l’équipe du Pacte mondial de l’ONU – Réseau France s’est rendue en Côte d’Ivoire pour un déplacement de trois jours.  

  • #Pacte mondial #PME

CS3D, travail forcé : les droits humains au cœur de l’actualité du Parlement européen

25 avril 2024

Cette semaine, le Parlement européen a adopté deux textes significatifs en faveur des droits humains et environnementaux : le règlement sur l’interdiction des produits issus du travail forcé et la directive sur le devoir de vigilance des entreprises en matière de durabilité.

  • #Droits humains #Travail décent

Élaboration d’un tableau de correspondance entre la CoP et le label RFAR 

23 avril 2024

Le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France, le Médiateur des entreprises et le Conseil National des Achats (CNA) ont présenté un tableau de correspondance pour faciliter les démarches de progrès en matière de durabilité des entreprises.

  • #Pacte mondial #Reporting RSE

 Le Pacte mondial de l’ONU – un catalyseur pour les entreprises européennes et la compétitivité du secteur privé  

19 avril 2024

Le 18 avril 2024, le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France s’est rendu au Parlement européen avec le siège et d’autres réseaux locaux européens, afin d’échanger autour du thème « Pacte mondial de l’ONU – un catalyseur pour les entreprises européennes et la compétitivité du secteur privé ». 

  • #Pacte mondial #Reporting RSE

Les Nations Unies publient un nouveau rapport sur le financement des ODD 

10 avril 2024

Le 9 avril 2024, les Nations Unies ont fait paraître un nouveau rapport sur le financement du développement durable, indiquant que cet enjeu est au cœur de la crise actuelle est met sérieusement en péril les ODD et l’action climatique.

  • #Intégration des ODD #ONU

Retour sur le sommet international ChangeNOW pour la planète

27 mars 2024

Le sommet international ChangeNOW pour la planète s’est déroulé les 25, 26 et 27 mars 2024 au Grand Palais Ephémère, à Paris. Pour l’occasion, le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France a organisé une table ronde sur le rôle du secteur privé dans la réalisation de l’Agenda 2030.

  • #Intégration des ODD #Pacte mondial

Proposez votre candidature aux Trophées des ODD 2024

19 mars 2024

Pour la troisième année consécutive, le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France propose aux entreprises, membres ou non de son réseau, de candidater aux Trophées des ODD.

  • #Intégration des ODD #Pacte mondial

Que diriez-vous de rester informé ?

Les dernières actualités dans votre boite mail.