30 juin 2023

Sommet pour un nouveau pacte financier mondial 

Lors de la COP 27 à Sharm El Sheikh en Egypte, le président Emmanuel Macron annonçait la tenue d’un Sommet pour un « nouveau pacte financier mondial » avec les pays du Sud qui subissent de plein fouet les conséquences du changement climatique. Avec pour objectif de lier la lutte contre la pauvreté et la lutte contre le réchauffement climatique, le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial se tenait les 22 et 23 juin derniers à Paris, que peut-on retenir de ce sommet ?  

Ce sommet s’inscrit dans la continuité de l’initiative de Bridgetown, portée par Mia Mottley, Première ministre de la Barbade, qui vise à changer les règles des institutions de Bretton Woods pour financer les infrastructures adaptées aux changement climatique dans les pays vulnérables. Malgré l’absence notable de certains chefs d’Etat et de gouvernement des pays du Nord, le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial réunissait de nombreux décideurs politiques du plus haut niveau, des dirigeants d’institutions et représentants de la société civile. Au programme pour tenter de répondre aux enjeux :  effacement de la dette, droits de tirage spéciaux, les fonds climats et les nouveaux financements innovants…  

Pendant plusieurs mois précédant le sommet, des groupes de travail se sont constitués pour répondre aux grands objectifs :  

  • Groupe 1, coprésidé avec les États-Unis : l’architecture financière internationale (réforme des banques multilatérales de développement) 
  • Groupe 2, coprésidé avec le Sénégal : le financement du secteur privé dans les économies à bas revenus 
  • Groupe 3, coprésidé avec le fonds souverain émirien ADIA : l’investissement dans les infrastructures durables, dans les marchés émergents et en développement 
  • Groupe 4, coprésidé avec la Barbade : les solutions innovantes pour mobiliser des ressources additionnelles pour les pays vulnérables au changement climatique 

En marge du Sommet, le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres avait pris des positions fortes, considérant que « le système financier mondial actuel, qui gère quelque 300 000 milliards de dollars d’actifs financiers, n’est tout simplement pas adapté ». Ajoutant que « les poly-crises actuelles aggravent les chocs subis par les pays en développement, en grande partie à cause d’un système financier mondial injuste, à court terme, sujet aux crises et qui exacerbe encore les inégalités ». 

Dans son discours d’ouverture, Antonio Guterres a rappelé que plus de 50 pays sont actuellement en défaut de paiement ou en sont dangereusement proches, majoritairement sur le continent Africain. Au même moment, le monde s’éloigne encore un peu plus, jour après jour, de l’atteinte de l’Agenda 2030. Dans la lignée de ses déclarations précédentes, il a ainsi qualifié le système financier actuel d’obsolète, accroissant les inégalités, avec une architecture financière globale qui ne reflète pas la réalité du monde d’aujourd’hui et risque de fragmenter davantage le monde. En ce sens, il a appelé une nouvelle fois à prendre des mesures d’action de manière urgente. 

Le sommet a aussi connu son lot de temps forts. Le Président Lula du Brésil, dans une longue tirade, a vivement critiqué la domination du dollar. Son intervention fut applaudie pendant une minute. Suite à son intervention, le Président sud-africain Ramaphosa lui assurait que la question des monnaies serait à l’ordre du jour de la prochaine réunion des BRICS. 

Plusieurs mesures ont été prises durant ce sommet :  

  • La Banque Mondiale, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis vont introduire une clause qui permet de suspendre le remboursement de la dette d’un pays pendant deux ans si celui-ci est frappé par une catastrophe naturelle ; 
  • La réallocation des droits de tirages spéciaux du FMI vers les pays pauvres a atteint les 100 milliards de dollars. Le Rwanda et les Seychelles seront les prochains à en bénéficier ; 
  • Un nouveau partenariat de transition énergétique juste (JETP) a été signé avec le Sénégalet la dette de la Zambie a été restructurée 
  • Les Etats et les institutions se sont engagés à augmenter de 200 milliards de dollars les capacités de prêts des banques multilatérales de développement (BMD) dans les dix ans à venir pour les pays pauvres ; 
  • Une feuille de route a été dressée pour inscrire à l’agenda international la mise en œuvre des engagements du Sommet pour un nouveau pacte financier mondial. Un mécanisme de suivi va être mis en place et un rapport publié tous les six mois et le rendez-vous est pris dans deux ans pour dresser le bilan. 

Malgré ces annonces fortes, les observateurs notent l’absence de consensus et de réformes plus poussées du système financier mondial. Par ailleurs, les pays africains regrettent l’absence de discussion sur la fiscalité et insistent depuis des mois pour obtenir une Convention à l’ONU sur la fiscalité.  

Autres actualités

Le Secrétaire général de l’ONU définit cinq priorités pour l’année 2024 

21 février 2024

Le 7 février dernier, à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations Unies, le Secrétaire général, António Guterres, a exposé les principales priorités onusiennes pour l’année 2024. Celles-ci sont intrinsèquement liées à l’Agenda 2030 et à la durabilité du monde économique, notamment des entreprises.  

  • #ONU

Le Conseil et le Parlement européens trouvent un accord réglementaire pour les agences de notation ESG 

14 février 2024

Le Conseil de l’Union européenne (UE) a annoncé lundi avoir trouvé un accord provisoire avec le Parlement européen pour la régulation des activités de notation environnementale, sociale et de gouvernance (ESG) au sein de l’UE.

  • #Point de vue

Une initiative conçue pour les entreprises du secteur de l’hôtellerie et du tourisme 

13 février 2024

Plusieurs réseaux locaux du Pacte mondial de l’ONU invitent les entreprises des secteurs de l’hôtellerie et du tourisme, souhaitant mettre en place et/ou valoriser des mesures de réduction des émissions de CO2, à participer à un cycle de sessions en ligne spécialement conçu pour elles.

  • #Pacte mondial

Les Nations Unies présentent l’avant-projet du futur Pacte pour l’avenir 

6 février 2024

Alors que les Etats membres des Nations Unies doivent aboutir en septembre à un Pacte pour l’avenir du multilatéralisme, ambitieux et transformateur, l’avant-projet de ce document a été présenté fin janvier. Celui-ci s’articule autour des principaux enjeux contemporains liés au développement, à la paix et la sécurité, ainsi qu’aux droits humains. 

  • #ONU

Le Rapport de développement durable en Europe 2023-2024 indique de fortes disparités entre les pays

2 février 2024

Depuis 2019, le Rapport sur le développement durable en Europe du SDSN présente un aperçu annuel des progrès de l’Union européenne (UE) vers la réalisation des ODD, ainsi que des progrès de 38 pays européens (comprenant les pays de l’UE, les pays candidats, le Royaume-Uni et l’Association européenne de libre-échange).

  • #Intégration des ODD

Publication d’une étude sur l’intégration de critères RSE dans les rémunérations

31 janvier 2024

Le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France a contribué à l’étude de l’Observatoire de la RSE (Orse) et de PwC France et Maghreb portant sur l’intégration de critères RSE au sein des politiques de rémunérations des sociétés du CAC 40.

  • #RSE

Il y a 25 ans, Kofi Annan prononçait le discours fondateur du Pacte Mondial

Il y a 25 ans, Kofi Annan affirmait sa volonté de créer “un pacte mondial de valeurs et de principes partagés” afin de développer l’impact des entreprises dans le processus de développement durable.

  • #Pacte mondial

Un nouveau plan stratégique pour le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France 

30 janvier 2024

Fort de 20 ans d’action au service de la transformation durable des modèles d’affaires, le Pacte mondial de l’ONU – Réseau France se dote d’un nouveau plan stratégique, à horizon 2030.

  • #Pacte mondial

Lettre annuelle 2024 de Sanda Ojiambo aux participants du Pacte mondial de l’ONU

29 janvier 2024

Selon Sanda Ojiambo, Sous-secrétaire des Nations Unies et Directrice générale du Pacte mondial, apporter sa contribution à cette initiative de l’ONU, “c’est, fondamentalement, agir pour l’avènement d’entreprises plus robustes et d’économies plus résilientes partout dans le monde “.

  • #Pacte mondial

Que diriez-vous de rester informé ?

Les dernières actualités dans votre boite mail.